Félicitations, le précieux sésame de la liberté que représente l’obtention du permis B est une véritable étape vers l’indépendance ! Être jeune conducteur n’est pas pour autant une situation facile, quel que soit l’âge que l’on a. Le manque d’expérience peut cependant rapidement se combler en roulant régulièrement et en appliquant consciencieusement ce que l’on aura appris à l’autoécole.

Il reste maintenant à acquérir sa première voiture, ce qui demande également de faire un choix au niveau des assurances. Qu’en est-il à ce sujet ? S’il y a des règles qui s’appliquent à tout le monde, il peut y avoir des situations particulières pour ceux qui viennent d’obtenir leur permis. Nous allons dans cet article annoncer les différentes spécificités de l’assurance automobile.

Les règles de base

C’est une constante qui ne souffre quasiment d’aucune exception selon la législation : il faut assurer son véhicule auprès d’un assureur qualifié obligatoirement dès lors que l’on possède un véhicule. Il y a bien une exception assez connue, mais elle ne s’applique que dans un cas assez particulier de voiture garée sur le long terme : il ne faut pas que ses roues touchent le sol (donc démontées la plupart du temps) en plus de retirer la batterie et tout le carburant dans le réservoir.

Revenons-en aux obligations plus communes. Ce qu’il faut retenir, c’est que les assurances auto ont différents types de contrats : le minimum légal, puis les extensions de garanties. Dans le premier cas, c’est généralement la responsabilité civile qui est principalement comprise, il s’agit de pouvoir régler les dommages infligés à autrui (matériel et personne) mais non pas à soi-même. Dans le deuxième cas, il y a de nombreuses variantes qui sont à sélectionner selon son profil, ses besoins et son environnement de conduite, en plus d’avoir des garanties pour sa propre sérénité et pouvoir faire face à toute situation.

Le statut de jeune conducteur

Selon la loi, un jeune conducteur est un automobiliste qui possède le permis B depuis moins de trois années. Les assurances tiennent compte de cet état pour accompagner au mieux ceux qui viennent d’obtenir ce diplôme. Il faut aussi noter qu’il y a une certaine subtilité à ce statut, car les gens qui n’ont jamais eu l’occasion de pouvoir conduire une voiture inscrite en leur nom propre sont aussi considérés comme de jeunes conducteurs… Et ce sans prendre en compte le temps écoulé entre la demande d’assurance auto et la date d’obtention du permis.

Cela n’aura échappé à personne, le statut de jeune conducteur impose d’apposer le macaron autocollant blanc marqué d’un A rouge en son centre. La loi indique qu’il faut le placer obligatoirement à l’arrête du véhicule, si possible dans un endroit qui ne gêne pas la visibilité du conducteur lorsqu’il est amené à regarder derrière lui.

Enfin, il y a eu récemment une évolution du statut de jeune conducteur : depuis l’année 2019, il est possible pour ces personnes de s’inscrire à une formation d’une journée. Il s’agit alors de baisser le délai légal du permis probatoire, qui baisse ainsi automatiquement d’une année. C’est très pratique : pour vingt-quatre heures, on gagne trois cent soixante-cinq jours ! Un dispositif peut-être encore peu connu, mais disponible à tous.

Les assurances auto selon le profil

Venons-en maintenant au fait avec ce qui est propre aux jeunes conducteurs en assurances auto. D’une part, du fait de l’obtention récente du permis voiture, il y a un coefficient adapté pour ce type de profil. Il faut savoir que la situation va évoluer rapidement avec le temps, ce qui fait qu’on réalise des économies progressivement.

Une astuce existe aussi pour faire encore plus d’économies et accélérer ainsi ce processus de diminution du coût avec le temps. Il s’agit de pouvoir réaliser une inscription en tant que conducteur secondaire, généralement auprès de ses parents ou de quelqu’un d’assez proche. 

Concrètement, après avoir intégré les spécificités de son statut de jeune conducteur, il s’agit de choisir son assurance auto. Nous l’avons vu, il y a un minimum légal à intégrer avec la responsabilité civile. Mais on peut aussi opter pour différentes options et choisir également selon son budget. 

Il faut savoir que les compagnies d’assurance vont aussi étudier le profil même de l’assuré, au-delà de son statut. Outre l’expérience de conduite même acquise au fil des mois et des années, les habitudes du conducteur vont être passées au crible, ainsi que ses antécédents. C’est un véritable échange à avoir avec son assureur, partenaire pour que la vie sur la route soit exempte de mauvaises surprises, pour être assuré au mieux.

Ce qu’il va faire, c’est demander si le véhicule est utilisé pour des trajets quotidiens d’ordre privé. S’il l’est, est-ce pour le travail ? Ou encore quelle est la distance moyenne parcourue ou estimée, ainsi que les habitudes de stationnement (ce qui a une incidence sur la sécurité du véhicule à l’arrêt).